dimanche 22 mars 2020

Retour au renard, mercredi 10 mars

                   La glaise nous appelle! Lolo Cloé et moi sommes sur le pied de guerre, burins pied de biche et bidons seront essentiel pour cette sortie! 
         C'est encore une sortie en soirée et le soleil est entrain de se coucher quand on rentre dans la grotte du renard!
        Cloé, qui ne connais pas la cavité,  se régale de contempler  les jolies concrétions qui ornent les galeries.

        On est vite au fond et Lolo entreprend de vider la flaque qui est moins pleine que la dernière foi!
Il remplie trois bon bacs de glaise et on se relaie pour casser le pont de calcite qui est au milieu du boyau.
         C'est au bout d'une bonne vingtaine de bacs sortie que nous arrêtons bien fatiguer. Le plancher de calcite est toujours là mais il est plus fin maintenant et le boyau s'élargit un peut maintenant. Toujours autant d'argile à enlever dessus et dessous le plancher de calcite on voi sur 1m et puis le boyau va redescendre... suspens pour prochaine sortie! Sa résonne au loin mais c'est loin d'être gagné...
Nous sortons bien recouvert de cette argile paigante...

Une bonne soupe et une bière sera les bienvenues! Une Corona  bien sùr en attendant l'arrivé du virus...

Tpst: 4h30

vendredi 6 mars 2020

champ rouge une sortie en nocturne mercredi 4 mars

Une sortie avec Lolo Christophe et François qui ont put se libérer pour aller creuser a champ rouge...
        
Lolo se regale de découvrir les gros volume des puits, et plus particulièrement le P66!
             Le fond a -158, typographié par caillou, est colmaté par de l'argile de remplissage très compacte. Nous rejoignons François et Christophe qui avait pris de l'avance. je reste avec Christophe pour creuser et François et Lolo partent dans une escalade, repéré la sortie précédente par Patou.
          L'argile viens bien, mais au bout d'une demi-heure, le fond se rétrécis en largeur et c'est complètement bouché.
Je repère un passage à ras de terre sur la gauche et passe le bras à l'horizontal... Il faut essayer par là!


      Nous attaquons une tranchée pour pouvoir voir plus loin, et très vite on peut apercevoir un vide régulier sur plusieurs mètres avec une bonne résonance. Mais il n'y a que 10cm de vide pour 40cm d'argile. On continu de creuser une petite heure mais une lame nous gène pour travailler confortablement. Il nous manque la massette que l'on entend au loin, animée par Lolo et François.

           Nous les rejoignons donc pour voir ce qu'ils font! Lolo viens de passer dans une étroiture et c'est gros derrière.
       François élargit celle ci pour mieux passer! Ça y est on passe tous, désescalade de 6m et on remonte de 8 dans les blocs calcifié. 






Une grosse cheminé remontante nous y attend! On cherche un peut mais rien de bien évident ... il faudra fouiller cette zone plus tard.



     On redescend, Christophe commence a remonter. Nous revoyons la tranchée en cassant la lame qui gênait le passage. 


          François creuse encore un peut et ressort, on reste une heure pour creuser davantage, mais la lampe de Lolo donne des faiblesses et nous devons remonter.  

En remontant on remarques les magnifiques perles des cavernes, de part et d'autre, dans les puits.



Dehors il ne pleut plus! Il est 23h, et on est bien crevé de cette sortie ou la désob a été encore une foi de saison... 

Tpst: 3h30 



dimanche 1 mars 2020

grotte du renard jeudi 27

             Petite sortie en soirée avec Lolo,  et Jérôme qui ne connais pas encore le trou...
Il est 18h30 quand on rentre dans le renard.



Il y a bien 8 ou 9 mois que nous ne somme pas venu nous prendre un bon bain d'argile molle...
                  Nous parcourons les 500m de galeries plutôt basses,


 pour arriver au carrefour entre le fond des fourches et les galeries de ramping qui débouche au vestiaire.  

               Là on laisse le peut de matériel que nous avons emmener et nous descendons pour aller chercher deux bouteilles de plongée de Fredo qui ne les avais pas encore récupéré...  On arrive au vestiaire ou sont bien là les deux bouteilles et la néop. Gérôme va faire un petit tour dans la rivière.
              Puis on remonte le ramping maintenant bien chargé jusqu’au carrefour, on pose les bouteille et on descend au fond des fourches pour creuser le passage ou l'air siffle.
             L'eau est de nouveau en plein dans le passage, il faut échoppée pour ne pas faire trempette.


    Voilà l'eau est enlevé, maintenant il faut continuer de gratter pour essayer de passer. C'est de la boue liquide qui nous colle bien partout et chacun attend son tour sans impatience ...

C'est au tour de  Gérôme qui ressort trois bacs plus tard...





Puis voila Lolo qui reviens après son tour de creusage...


             Je retourne au fond, une coulée de calcite bouche le passage mais il y a un petit trou au milieux... Je tape avec la massette, et ça cède, derrière c'est creux et il y a des concrétions en cristaux pendu sur la voûte.
         Mais pour aujourd'hui c'est bon, en plus il nous manque burin et pied de biche pour attaquer le plafond qui est trop bas pour travailler...   Nous sortons en portant les bouteilles, dehors c'est une belle nuit noire et les lumières de Millau en fond!

Il est 23h30 , le temps de redescendre, nous trouvons un bar encore ouvert pour se rafraîchir le gosier

 TPST 5h

Yves

vendredi 21 février 2020

aven du champ rouge , 19 fevrier 2020

     Après trois ou quatre sorties de désobstruction l'écho d'un volume s'est rapproché et la dernière sortie du weekend précédent c'est avérer concluante des cailloux tombent dans un puits! 
           Nous montons donc sur le causse noir, François, Christophe, Gérôme et moi!  Nous nous équipons rapidement et descendons avec tous le matériel de désobstruction et une soixantaine de mètres de cordes...

        Nous reprenons l'élargissement de l'étroiture, qui se défend bien!


Elle cédera au bout de deux tir...
          Encore quelques coup de massette et François passe de l'autre coté pour équiper un puits d'une bonne dizaine de mètres ...


photo Christophe Siry




    Nous le suivront de près pour cette première qui ne saurait attendre plus! Le puits est bien large 7 par 8. Des arrivés en plafond et le sol est couvert de gros blocs! photo Christophe Siry
Nous cherchons un passage et rapidement il est là, le gros puits que nous espérions!!!

Christophe tape sut un pont rocheux qui gène le passage, on fait partir plusieurs cailloux dans le puits pour estimer la profondeur, c'est sûr on aura pas asses de corde pour arriver au fond.
Je prend le relais et démonte le pont rocheux.


 La tété du puits est en cloche , c'est une tirée de 26m env que je descend,
photo Christophe Siry


 mais la corde ne fait que 40m et elle est trop courte pour allez au fond de ce puits qui s'élargit... 

François remonte alors pour chercher une corde de 60 restée dans la voiture, 
photo Christophe Siry
Gérôme est sur le palier a mi puits d'environ 55m, photo Christophe Siry.


du temps j'installe un fractionnement. la roche dure n'est pas facile a trouver, il y a de la dolomie partout et de plus elle part en morceau a chaque coup de marteau. Le fractio est installé!
Christophe remonte, il a bossé avant de venir et il est debout depuis 4h du mat. François arrive avec la corde et il continu l'équipement.


Deux déviation et il arrive sur un palier avec un énorme bloc d'une dizaine de mètre cube.  Après cette descente du beau P55,  il reste une grosse dizaine de mètre a descendre. Encore un fractionnement et on descend.

               La on se dit qu'il est temps de s’arrêter mal-grès une vingtaine de mètre de corde qui nous aurait suffit pour équiper le puits suivant. 15m à vue sur un fond de méandre remplie de petits galets  jaunes.... Suspens jusqu’à samedi prochain.

Nous avons certainement atteint la cote de -110 environ il faut maintenant remonter en déséquipant les cordes de 8, trop fine pour laisser en fixe... 

Il est 22h quand on arrive au voiture, il est temps de passer des coup de fils pour annoncer la nouvelle! François nous paye sa bière et elles sont les bienvenues...

tpst 7h






mardi 11 février 2020

coloration au 4 vents

                               Je fait le quatrième larron pour cette virée au 4 vents... Caillou Christophe et Gérôme sont là, au point de rdv de Millau, mais il manque deux spéléo de Rodez  qui devait venir  prêter main forte!
                On monte sur le Larzac et on prend tous un kit sherpa pour mettre un bidon de 5 litre et quelques victuailles qui sont essentielle dans ce trou majestueux!

                Il nous faudra une paire d'heure pour descendre les puits.
Avec Christophe on fait un petit allez-retour pour voir si la vasque qui siphonne au milieux de la galerie a baissé. Avec grande joie nous constatons qu'il reste un peut d'eau mais on peut passer avec de l'eau dans les bottes...

                    Nous retournons et nous nous arrêtons manger un morceau vers 12h30 au carrefour ou l'on descend vers le nouvel affluent de -422 avec caillou et Gérôme qui arrivent juste. 


Cela nous permet de nous refroidir un peut...

                
                 Quarante minutes de descentes dans méandres et puits! Enfin ça y est, on va pouvoir revoir la hauteur du siphon... Grande surprise le niveau a baissé de plus d'un mètre et demi, il manque très peut pour que le siphon se désamorce. C'est une bonne nouvelle si le temps pluvieux se calme on va pouvoir poursuivre l'exploration post voûte basse (en aquatique naturellement)!

            Tous ensemble, nous versons les quatre bidons de fluo dans le bon débit avec les trois affluent réunis. Caillou fait un expérience pour mesurer le débit, en remplissant le gros kit sherpa de Gérôme! Il filme la scène pour que l’appareil photo chronomètre le remplissage du kit! Pas con le type.
C'est fait l'eau est couleur rouge , on dirais un sacrifice ô dieux...
...et bon pour la vidéo faudra retourner l'ordinateur...




        On écrase les bidons pour qu'ils prennent moins de place dans les sacs et on remonte... Une brève pause au carrefour et c'est les deux heures et demi de remonté sportive qui sont au rdv...
17h30 on est dehors avec Christophe, on attendra Caillou et         Gérôme au parking après les vingt minutes de marches casse jambe du chemin de retour. 

      Cette foi c'est une sortie de 7h que nous avons faite, on sort un peut moins éprouvé que d'habitude...Mais les traditionnelles bières sont quand même les bien venue!!!
à bientôt les 4 vents... 

Yves

                

lundi 3 février 2020

25 janvier Traversée du Mile les Indomptables


Les amis je suis très heureuse de vous présenter KOH LANTA à ARBAS .

16  aventuriers vont partir en exploration dans les entrailles de la terre d'ARBAS.


Koh Lanta...  16 au départ, et vous le savez à la fin il n’en restera que 16.... Car la capitaine  doit ramener tout le monde .... 

Dans un premier temps, ils seront divisés en deux équipes.
L’équipe des indomptables  et l’équipe du Mile 


Chacune des équipes fera son entrée sous terre par des ouvertures bien distinctes et ils devront affronter beaucoup d'épreuves avant de se rejoindre .
Ils ne doivent abandonner personne.
Dans un deuxième temps, vous découvrirez la réunification des deux équipes.

Et là , c’est tous ensemble qu’ils devront s’entraider pour affronter la dernières épreuves qui leur permettra de ressortir tous vivant ... 

A la fin de cette aventure, Ils se réuniront tous autour du feu de camp pour une délibération hors du commun. 


Première épreuve :
Nos aventuriers doivent trouver l'entrée de leur cavité .

L'équipe du mile n'ont pas de souci et entre rapidement dans les entrailles de la terre pour commencé un parcours bien escarpé. 




Ressaut à équiper , Chemin  glissant,  rivière abondante , Cascade infernal ... Ils doivent se suivre à la lumière car le bruit incessant des chutes d'eau les empêchent de communiquer ... 



L'équipe se répartie stratégiquement pour affronter tous les obstacles. Bastien et Paco équipe les jeunes suivent et Rémi et Lionel désequipe... Le demi-tour est impossible ils doivent absolument trouvé le chemin qui les amènera à la réunification ..... 



Personne n'abandonne personne ...
Léa sera soutenue a bout de bras par Rémi qui la portera dans la rivière infernal.... 
Eviter la rivière devient un objectifs primordiale pour certain afin de ne pas avoir les pieds mouillés.
Les forces s'amenuisent rapidement.
Le moral tombe dans les bottes pleines d'eau , les gémissements de froid sont inaudibles cachés par le brouhaha de la rivière . 
La cascade obligatoire complexifie l'épreuve . Tout le monde est mouillé , le froid s'empare de chacun des muscles des aventuriers ....  Tous serrent les dents et les fesses pour y arriver sans craquer .
Les plus costaux motivent et accompagnent les autres .... L'équipe se soutien .... 
Ils continuent le chemin qui devient de plus en plus dur. 



L'ultime épreuve .... Le  boyaux étroit et boueux  interminable ... fini par les amener dans un volume de plus en plus spacieux..... sont-il sur le bon chemin....


Pendant ce temps à la surface ,  l'équipe des indomptables quant à elle,  éprouve un peu plus de mal à trouver l'entrée . 3 pas en avant 3 pas en arrière , 2 pas sur l'coté , 2 pas d'l'autre coté ....


Ils comptent 10 min sur leurs doigts , ils mesurent 30 m en s'allongeant sur le sol bout à bout et additionner leur taille .... 3017cm  plus loin enfin ils trouvent la faille verticale qui les fera glisser jusque dans les profondeur de la terre d'ARBAS.  

Nadège ouvre la voie suivit de près par Chantal , Jeanne et la petite famille de Denis suivent tranquillement . 
Quelques coups de force , quelques goûtes de sueur sur le front pour arriver à se délonger et le font est sous leurs pieds. 

Le sourire est toujours là même si l'idée de remonter tout ça est bien présente et angoisse certains aventuriers. 
Le cheminement est claire et pentu . 100m de dénivelé escarpé ne leur font pas peur . 

L'équipe arrive tout feu tout flamme sur le lieu de rendez-vous ... Toutes les épreuves réussient avec succès pour le moment. 
Mais où est l'équipe du Mile ?????




Alors que l'équipe des indomptables perd espoir de réunification et pense à la sortie pour leur propre survie ............................ 
..............HOOOOO HEEEEYYYYYY..... .............

Une voix lointaine retenti du fin font de l'immensité de la grande salle du TDV ....



L'équipe du Mile fait son apparition. 

Voilà le grand moment de la réunification qui signifie le début de la dernière épreuve. 
Sortir tous vivant des entrailles de la terre d'ARBAS.


Les stratégies commence afin d'être le plus efficace lors de la remonter. Mais certains gardent en mémoire la rivalité des 2 équipes .... Et ont donné des bloqueurs ventral très usagé ce qui pénalise un aventurier .... Mauvaise stratégie qui pénalise 10 des  protagonistes de l'aventure Koh Lanta.... 
Ils  restent bloqués quelques heures dans les puits de remonté. 


L'épreuve devient très difficile certain pense y rester et commence à empiler des cailloux pour faire une maison ....
Pendant que d'autres se battent jusqu’au bout,  soutenu par les plus robustes.
Jeanne et Nadège feront un duo du tonnerre , du jamais vu . 
Elle remonte presque les 100m de corde l'une a coté de l'autre au même rythme , Nadège le bloqueur ventrale de Jeanne dans la main droite en guise de torse afin que le bloqueur reste dans sa position et tienne sur la corde, pendant que de l'autre main elle referme son propre bloquer resté bloqué ouvert à chaque poussée. 
Nadège la corde entre les dents,  les 2 mains sur chaque crolls ,  remonte vaillamment afin de sortir tout le monde. Elle se sent responsable de cette équipe réunifié et s'improvise capitaine pour motiver ses troupes à sortir ...

Après plusieurs heures de combat acharné par nos aventuriers..... La dernière difficulté approche , l'étroiture verticale avant la libération ultime.
Denis et sa petite famille suivi du tonton et Jeanne  , sortent soulagé alors que Chantal lève les yeux vers la sortie et ne voie qu'une lumière éclairant cette étroiture qui parait plus petite que son propre bassin .... (comme souvent cela dépend du sens dans lequel on le place). 
Cette lumière n'est ni plus ni moins que Nadège tout sourire qui encourage ses troupes jusqu'à la fin. 
Chantal croise le regard de Nadège et distingue que l'impossible est possible ....
Chantal retrouve l'espoir de sortir d'ici un jour et utilise ses dernières forces pour sortir avec l'aide du bassin de Nadège longé sur son bloqueur ventral .... Comme une naissance Chantal sort du ventre de la terre d'ARBAS dans un soupir de soulagement. 
Elle aura réussi à dompter l'indomptable ...

Cette étroiture verticale est une dure épreuve , chacun l'affronte comme il peut et en fonction de sa taille , sa largeur , sa souplesse, sa vieillesse d’expérience , sa jeunesse d’expérience , la tête la première , la tête et un bras , la tête et une jambe .... Sans oublier quelques écharpes et bonnets tricotés par certains avec les cordes de sorties .... 














Et voilà, pour le plus grand bonheur de Nadège tout le monde est sortie ....

Personne ne saura jamais si la capitaine est resté attendre tout le monde à la sortie de cette étroiture pour aider et encourager ..... OU.....  rigoler ....  

Et voilà que l'aventure ce termine autour du feu de camp dans la joie et la bonne humeur , la délibération se fait  ....  MANGER...BOIRE...  DORMIR ... adjugé. 






Ils étaient 16 au départ ils sont 16 à l'arrivée . 

Et voilà , KOH LANTA ARBAS se termine .
Merci et à bientôt pour une nouvelle aventure avec la SSP