dimanche 14 octobre 2018

JNS SSPECIEN

A l'occasion de la journée nationale de la spéléologie , la SSP a proposé de faire vivre une aventure souterraine à un petit groupe d'individus avec l'envie de visiter les profondeurs du pays de Sault.


Pour emmener des individus avec l'étranges envie d'aller sous terre ,  rien de tel que les sspéciens les plus fou du club...



Après une petite collation et un bon café , trois petits groupes d'irréductibles Sspéciens se forment pour initier ces curieux .


Viviane et Lionel guideront une grande famille dans le trou du vent .
Les enfants devant les parents à la traîne. Lionel joue au héros en portant secours à une jeune fille en détresse lors de la remontée.


Viviane et Lionel sont dans leur éléments ... Comme des concrétions étincelantes de pure calcite  ils illuminent la grotte de leur savoir. Pour le bonheur de cette grande famille. Il ressortent tous avec des étoiles de calcite dans les yeux.



Pendant ce temps maître Rémi et maître Bastien accompagnent papie et mamie et leur enfants dans les profondeurs de las Goffias .

 Ils emmèneront aussi deux jeunes prêts à tout pour faire partie du club des irréductibles Sspéciens.
Les enfants se régalent dans la descente de la grande verticale, un peu d'appréhension pour certains mais un crapahut trop facile pour eux, pendant que les parents, papie et mamie suivent et se régalent tout autant malgré leur grand AGE...


Les deux jeunes passent avec brillo leurs épreuves d'entrée au club. Léo réalisera une remontée acrobatique en petit saut de grenouille jamais encore vu sur corde...


Notre 3ème équipe de vaillant explorateur Léa , Guillaume , Jeanne et Nadège propose une cavité un peu plus sportive à 4 jeunes intrépides qui suivent malgré eux et avec appréhension ...


Laurent suit Juliette , Juliette veut prouver à Viviane que la spéléo c'est facile. Andréa et Marie veulent passer les épreuves qui leur permettront de faire partie des irréductibles Sspéciens.

Ils réalisent tous un entrainement acharné sur des arbres à mettre et démettre leur outil de descentes. Chacun sa motivation .... Juliette pense à Viviane à chaque fois qu'elle enlève et met son descendeur avec facilité. Marie commence à se demander ce qu'elle fait là. Andréa s'imagine déjà sur la corde dans le vide et Laurent essai de retrouver les bouts de pain qu'il a semé depuis la voiture ... Mais Guillaume qui n'avait pas de pique nique les a mangés ...

Devant l'entrée du Jean Bernard certains tentent de faire demi-tour mais Guillaume veille ...  plus de demi tour possible.
La petite largeur d'entrée passée il est temps de mettre en application son entraînement ... Et c'est avec brillo que chacun réussira la pose de son descendeur et de sa clé.


Les puits s’enchaînent rapidement, ce sont de bons jeunes spéléos qui atterrissent au font du trou.
Fiers d'eux ils ont hâte de remonter raconter leurs exploits ....


 Avant cela il va falloir apprendre à remonter .... Pour certains le mouvement est acquis très vite et le rapport poids puissance est à leur avantage ... Pour d'autres c'est la poisse un mousqueton se coince , une poignée qui veut plus monter,  une petite qui explique en chantant ...  Mais malgré ça, c'est une remonté fluide et efficace que va réaliser ce petit groupe heureux de respirer l'odeur de la nature si verte à la sortie.


Le retour des équipes se fait à la maison du garde , tout les mondes s'en est sorti, pas de perte . Mission accomplie cette fois pour les sspéciens .


C'était une belle journée sur terre comme sous terre . Merci à tous les participants de cette journée individus curieux et sspéciens un peu fou. Cette rencontre fut très riche et nous sommes content d'accueillir 4 nouveaux irréductibles Sspéciens.  Courage à eux.


Je finis ce rapport avec la petite Fable de la journée:


La fable du  Bastien et du Rémi


Maître Bastien sur sa corde perché tenait en son pied un pantin . Maître Rémi par l'action attirée du regard , lui tient ce langage ... Mais que vous remontez vite maître Bastien si votre vitesse se rapporte à votre élégance sur corde vous êtes le phénix des hôtes de Goffias.
A ces mots le Bastien ne sentit pas ses chevilles gonfler et laissa tomber son bien .
Le Rémi l'attrapa au vol à l'aide de son casque et dit : "Mon bon Bastien , apprenez que tout bon spéléo vit aux dépends de celui qui lui offre une bière pour chaque chute de bien " cette leçon vaut bien une bonne bière . Maître Bastien honteux  jura mais un peu tard , que la bière ça se partage à deux.
Moralité si tu es un sspécien tout est raison à partager une bonne bière....


















samedi 6 octobre 2018

Les quatres vents, 5 octobre 2018

         Retrouvés sur le parking de Millau, les quatres compaires Lolo  François Serge et Simboulet sont sur le pied de guerre!

       Le piscoulis dois rendre son verdict, peut être une suite au réseau, François a tout préparé, la pompe et les accus au plomb, le tuyau d'arrosage ! Lolo a éteint un feux de forêt dans le Tarn, il a fini a 2h du matin mais pas question d'annuler cette sortie !
      Christophe travaille ce matin il n'est pas avec nous...

     On monte rapidement au parking et on se repartit le matériel ! On descend tranquillement pour ne pas finir en sueur, Serge explore quelques passages a la descente, je remonte le chercher dans la trémie ! On termine la descente ensemble. Serge n'étant descendu qu'une fois au fond, il a du mal a repérer le cheminement.

      Nous remontons l'escalade de François et Serge, puis nous parcourons la magnifique galerie du piscoulis ! Arrivé au bout, le niveau a baissé de 20 bon cm, mais le siphon n'est pas désamorcé ! François enfile la combinaison étanche Russe pour se mettre dans le siphon et installer la pompe.
Puis on s'aperçoit que un des deux accus est mort et la pompe ne pourra fonctionner que sur le restant !



Cela fonctionne, le barrage est en place, une quinzaine de sac en plastique sont remplies d'argile et empilé en travers de la galerie !




Mais la batterie est a plat et les chadocs ne pompe plus ! Grande discussion pour la suite des travaux...




Pour finir François trouve une solution pour remplacer la batterie HS il faut juste un bon coup de reins!
     

En deux heures le niveau a descendu de 5cm... On passera pas Aujourd'hui !
Et la Christophe arrive, il est descendu seul pour rejoindre les quatres fou!
On décide de creuser un peu plus dans la trémie aval...
François est en chadocs ci dessous


Nous parcourons a revers la conduite forcée du réseau du Piscoulis !




Lolo doit sortir, des impératifs le prive de la suite de l'exploration, nous nous séparons donc à la bifurcation.
Puis nous remontons la galerie aval de belle ampleur, celle qui butte sur une grosse trémie.



   Là pas mal de bloc sont a sortir ! Mais Christophe est affuté et me relaye dans la sortie des blocs!
Un gros bloc est coincé en hauteur et j'essaie de le percer pour faire de la place!
            Serge prend la place du relais de tartanes
            Les tirs s'enchaînent, et les tartanes de remblaie aussi...
        François arrive a décrocher le gros bloc qui n'a pas pèté, il le boulègue jusqu'au coude à coup de pied !
      La suite de la desob est prometteuse il y a un peu plus de place pour travailler on peut même se retourner au fond ! On a progressé de deux mètres les prochains tirs seront plus spacieux...

       On s'arrête vers 6 h et remontons les puits des 4 vents, il nous faudra 2h15 pour remonter !
Encore une bonne sortie bien pleine d'action.

Tpst: 11h

Simboulet



dimanche 30 septembre 2018

Aspics et Launette, 29 septembre 2018

        Rendez vous avec Lolo cailloux Christophe et Genevieve a Millau, dubitatif et pas trop motivé pour aller à -350, Cailloux et Genevieve decide d'aller a-160, réseau frison roche...
         Lolo motivé pour aller au piscoulis voir si siphon désamorcé mais pas desob de la trémie ou alors via les aspics (derniere sortie ci dessous)!

       Nous décidons d'aller aux aspics car un peu juste d'aller a deux aux fond des quatres vents pour désober la trémie...


          On se retrouve une fois de plus sur le Larzac par une belle journé ensoleillée !

         Nous descendons avec tout le matériel de desob dans les aspics.
Le passage a désober est remplie de remplissage et à mesure que nous les enlevons il en redescend autant...
Mais après quelques heures, nous arrivons a passer le pieds sous un décrochement, un tir va nous fixer sur la suite...
Et c'est après le tir, Lolo en live:
Pas facile la suite... On creuse un peu sous un gros bloc! Mais décourager de ne pas voir un passage qui pourrais donner, on plie le matos et sortons même le bac a gravats.
     
      Direction la vallée de la Dourbie. On traverse la rivière,


Et parcourons le sentier qui mène au moulin en dessous d'une des principales résurgence du Larzac.


On trouve l'entrée de Launette,  rapidement et parcourons 15m de méandre bien ventilé !
La suite est au bout du perfo, la dolomie est dure a percée mais au bout de quelques tirs on peut presque passer !

Il faudra revenir, l'accu est vide mais pas notre motivation, après une bonne séance de burinage, on sort vers 20 h.

Simboulet

Tpst: apics 4h, Launette 2h30